Retour à la liste

N°69 – Bonne et belle année à tous

L’équipe du Clemenceau est heureuse de vous présenter ses meilleurs vœux pour 2012.

Que cette année soit source de santé de bonheur et de réussite pour toutes vos initiatives.

C’est un rituel annuel qui est entretenu au fil des  décennies… un rituel pompeux  et hypocrite selon certains… mais aussi un rituel, qui est l’occasion de susciter « un geste de rapprochement » vis-à-vis d’une relation oubliée ou distendue.

Malgré le cœur de l’hiver et son habit de rigueur, les vœux doivent rester une période positive.

C’est une période d’espoir, malheureusement trop ternie par des médias essentiellement tournés vers les difficultés de notre société. Il est dommage de provoquer ainsi des pertes de confiance tout à fait évitables.

 Personne n’est dupe, tout le monde sait que 2012 ne sera pas l’année la plus facile, mais c’est aussi pourquoi cette période de vœux et d’espoir doit aussi mettre en avant les qualitatifs d’ambition, de générosité, de culot et de foi.

Croyez-vous que la Vendée et son poumon économique, donnant lieu à un des plus faibles taux de chômage en France, seraient ce qu’ils sont, si les Vendéens n’avaient pas été si ambitieux et généreux ?

Manque d’humilité vous nous direz ! Certainement …

C’est pourquoi nous allons terminer notre édito en vous rappelant « l’histoire de la soupe » … une façon de se rapprocher des assiettes hivernales de l’humble Vendée …

Soupe, Potage et consommé

La soupe a trouvé ses origines avec l’apparition du feu. Dès que l’homme a su faire bouillir de l’eau, il y a plongé légumes et viandes, et la soupe est née.

La soupe constituait un repas entier, elle devait donc être nourrissante. Elle a toujours accompagné les armées en campagne, elle est là pour réchauffer les ventres et les âmes. Au XII siècle, la soupe désigne la tranche de pain sur laquelle on verse le bouillon chaud à base de viande, de légumes, de fruits, de miel ou de vin. Ce plat unique roboratif devait vous soutenir pour toute une journée de labeur.

Ce plat du peuple va petit à petit devenir un plaisir bourgeois. Louis XV, qui ordonna la création du potager du Roi à Versailles, transforma la soupe « populaire» en potage royal. Cuire en pot toutes sortes de légumes juste pour le plaisir et non plus pour « nourrir » : la soupe a trouvé un nouveau souffle, elle devient l’entrée de repas à rallonge. On lui trouve aussi des vertus thérapeutiques : la soupe ça fait du bien !

La soupe se fait consommé, on oublie les bons morceaux de légumes, on cherche à extraire la quintessence d’une carcasse, on cherche à récupérer les oligoéléments des légumes. Il s’agit d’obtenir un bouillon clair et goûteux, riche en valeurs nutritives, pauvre en calories. La soupe roborative est devenue consommé de jouvence.

A vous de choisir !

Soupe au chou

Pour 6 personnes
Préparation : 30 minutes
Cuisson : 40 minutes 

1 Chou vert 
2 Échalotes 
3 Pomme de terre 
50 cl Crème liquide
300g Poitrine fumée

Huile d’olive, Huile de Colza, Sel et poivre

  1. Emincer le chou vert en fines lamelles, ciseler les échalotes et faire revenir le tout à l’huile d’olive sans coloration. Mouiller avec 1 litre d’eau, ajouter les pommes de terre coupées en cubes et laisser cuire 20 minutes.
  2. Mixer le tout, ajouter la crème liquide et la poitrine fumée, laisser de nouveau cuire 20 minutes puis assaisonner et ajouter un trait d’huile de colza
  3. Bouteille de vin : « Un bon canon boudiou ! »

Bonne année 2012 avec un « Clemenceau » toujours à votre service.

L’édito du Clem